Menu
Recherche

VIE MUNICIPALE

ENFANCE
ET JEUNESSE

VIE CULTURELLE,
SPORTIVE
ET ASSOCIATIVE

URBANISME
ET CADRE DE VIE

ACTION SOCIALE

VIE
ECONOMIQUE

VIE PRATIQUE

La tour Zizim
Dans les bois du Verger
Mercredi, jour de marché
Sur le sentier du Bois des Boeufs
Fête de la St-Jean avec la fanfare municipale
Vue sur la ville
Actualités / 2015 / Discours du 14 Juillet

Actualités
Version imprimable de cet article Version imprimable

Discours du 14 Juillet

Publiée le 22/07/2015

Après le traditionnel réveil en fanfare et avant la suite des festivités (concerts, feu d’artifice,...), le maire de Bourganeuf a prononcé le traditionnel discours du 14 juillet

DISCOURS DU 14 JUILLET 2015
Citoyens de Bourganeuf et d’ailleurs, je vous salue.

Nous sommes ici aujourd’hui, en ce 14 juillet 2015, dans le jardin qui lui est consacré, pour rendre hommage à la République. Car voyez vous, et n’en déplaise à certains, la France est une République, une et indivisible, sans communautés mais avec des citoyens, de toutes origines, de toutes confessions, de toutes philosophies… Cette République a pour devise « Liberté, Egalité, Fraternité », Avec le rôle majeur de son école, ouverte à tous, avec son choix de la laïcité pour éviter les confusions et respecter chacun, avec sa volonté de justice sociale, la France est une République laïque, sociale et fraternelle. Cela, vous le savez tous… à quoi bon le redire ?
Parce ce qu’il faut enfoncer le clou et penser aux piqûres de rappel, parce qu’il faut lutter inlassablement pur la construire, toujours mieux, car comme le dit Pierre Mendès France : « la République doit se construire sans cesse car nous la concevons éternellement révolutionnaire, à l’encontre de l’inégalité, de l’oppression, de la misère, de la routine, des préjugés… éternellement inachevée tant qu’il reste des progrès à accomplir ». Parce qu’il faut transmettre aux jeunes générations les valeurs qui la portent, parce qu’enfin, la République a des ennemis. J’avais dit tout à l’heure « n’en déplaise à certains », des ennemis qu’il convient de dénoncer et à qui il faut dire que nous ne lâcherons rien.
J’ai la liste, non exhaustive, mais à titre d’illustration… la liste de ceux qui, faisant appel aux préjugés dans leur fond de commerce, sont gênés par les valeurs et les principes républicains : il y a les « fauves » durs, violents, agressifs, assassins si besoin, les fanatiques , les intégristes de tout poil, et on ne peut se souvenir d’eux seulement lorsque les « évènements arrivent », néo-nazis défilant, extrême droite revancharde, islamistes assassins… j’en passe. Il y a les « renards », sournois et rusés, qui se déguisent en Républicains apparents. Il y a les démagos qui, pour gagner trois voix, attisent les mécontentements populaires, les mielleux, les frustrés, qui ajoutent à leur manque d’humilité une malhonnêteté intellectuelle vivace et parfois contagieuse
Tous ceux qui parlent au nom du peuple en évitant toutefois soigneusement de le fréquenter, Toux ceux qui utilisent à leur profit les petits travers de la nature humaine, Tous ceux qui « colportent » les calomnies destructrices pour tenter de déconsidérer les représentants du Peuple, tant au quotidien (petite échelle) que dans les médias (grande échelle). Il faut lutter, pied à pied, sans relâche, contre ces ennemis de la République, repréciser le sens des mots, au risque d’être redondant, comme le fait remarquer F. Ponge : « la meilleure façon de servir la République est de redonner force et tenue au langage ». On ne galvaude pas les mots essentiels, ceux qui sont l’essence même de notre culture.
Liberté, Egalité, Fraternité, En galvaudant ces mots qui nous ont construits, nous finirons détruits… c’est simple mais terrible… et ça n’est pas facile, comme le souligne Bertrand Russel : « tout le problème de ce monde, c’est que les idiots et les fanatiques sont toujours tellement sûrs d’eux tandis que les sages sont tellement plein de doutes ».
Voilà quelques catégories des ennemis à combattre. Pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet, j’ai même des noms… non…pas aujourd’hui. Aujourd’hui, c’est le 14 juillet, c’est la fête, nous célébrons la République et s’il faut bien alerter sur les dangers qu’elle court, il faut surtout la montrer en action.
La République, c’est privilégier le collectif par rapport aux intérêts individuels et /ou partisans. La République, c’est gérer pour tous, et d’abord pour les plus démunis, c’est assurer des services pour tous (y compris les plus faibles) par la redistribution des richesses, par l’impôt. Si on demande aux gens : « que voulez-vous ? », réponse : « TOUT » ; « que voulez vous payer ? », réponse : « RIEN »
Entre le tout et le rien, la République s’applique à faire le mieux possible en une voix du juste milieu, dans un monde pas toujours facile, mais dont il ne faut pas accentuer exagérément le côté hostile.
« C’est la loi de la démocratie que les discussions soient libres, que les intérêts s’opposent mais c’est l’intérêt de la République qu’il s’établisse sur des points communs une majorité et que cette majorité soit stable, de même qu’il est souhaitable pour le bien commun que les oppositions ne fussent pas seulement de mécontentement ou de démolition mais de construction et d’apport d’idées à la majorité elle-même ». Ces propos ne sont pas de moi mais de Vincent Auriol. Propos partagés à Bourganeuf au conseil municipal puisque les votes à l’unanimité des « politiques territoriales » nous ont permis de signer, Monsieur le Président de la Communauté de Communes et moi-même d’un côté et Monsieur le Président du Conseil Régional de l’autre, des contrats de partenariats et d’aides au financement pour la durée du mandat.
Le même scénario s’est reproduit quelques semaines plus tard avec Madame la Présidente du Conseil Départemental, qui poursuit ainsi la politique novatrice de son prédécesseur. C’est ça la République, construire ensemble, au-delà des divergences, un monde meilleur pour tous. Et ce monde à construire est l’affaire de tous, au quotidien, pied à pied, peu à peu, pas seulement une affaire d’élus. C’est à cet effort exaltant que je vous convie aujourd’hui encore.
Etre Républicain, ce n’est pas un nom, ce n’est pas un titre, c’est un objectif pour tous, donc une quête pour chacun, une quête opiniâtre, sans faille, laborieuse, une quête qui entraine au dépassement de soi, à la réalisation de notre être, individuel et collectif. Ainsi les pierres se taillent et l’édifice s’érige peu à peu. Etre Républicain, c’est connaître l’exaltation de l’aventure commune et la jouissance de l’œuvre accomplie. Ne nous en privons pas ! Vive la République, vive la République laïque, sociale et fraternelle.

JPEG - 9.1 ko



Marché de Noël

Publiée le 12/12/2017

Le comité de jumelage tiendra son traditionnel marché de Noël au Centre Alain Gouzes, grande salle du 1er étage le mercredi 13 décembre 2017 de 9h à 19h sans interruption et... Lire la suite

blogs écoles

Publiée le 12/12/2017

Pour suivre toutes les actualités des écoles Martin Nadaud et Marie Curie vous avez la possibilité de consulter les blogs des écoles. Dans le cadre du projet CM2 "Entre... Lire la suite

Concert d’Orgue

Publiée le 12/12/2017

Concert de Noël le samedi 23 décembre à 17h par Guy Marissal, orgue (pièces d’orgue pour le temps de Noël à l’église de Bourganeuf. Entrées : 10 euros - 5... Lire la suite

Concert de Noël

Publiée le 8/12/2017

Un concert de Noël est proposé le mardi 26 décembre à 17h à l’église Saint Jean de Bourganeuf par Isabelle Charles qui interprète des airs de Noël. Alors n’hésitez pas ! Entrée... Lire la suite